Vacances actives

Les vacances continuent et le jardin m’a bien occupée avec le désherbage et l’arrosage. Pour l’instant, je n’ai utilisé que de l’eau de pluie grace à mes deux réserves de 400 litres. Comme il a plu de temps à autre, elles se sont remplies régulièrement, mais maintenant elles sont désespérément vides. Malgré tout mes efforts, le jardin n’est pas une réussite, mais j’ai quand même quelques légumes et de généreux voisins.

Ma fille m’a apporté des prunes qui ont été rapidement transformées en 10 bocaux de confiture.

confiture

Comme un jardinier doit anticiper, j’ai déjà récolté des graines (ancholies, hosta, pied d’alouette, lin et bourrache). Je pense déjà à la rotation des cultures pour l’année prochaine. Cette année, j’ai placé mes tomates dans une zone qui manque de soleil en pensant qu’elles auraient un peu de fraicheur. Ce n’était pas une bonne idée et je vais probablement mettre des fleurs vivaces dans cette zone.

J’ai voulu faire de l’ombre aux haricots en en semant aux pieds des tournesols mais c’était aussi une mauvaise idée. Je pense que les grandes fleurs de soleil récupèrent toute l’eau d’arrosage au détriment des haricots. J’en récolte juste assez pour un repas, heureusement que je n’ai pas une famille nombreuse. C’est en faisant des erreurs qu’on apprend et j’en tiendrai compte pour les années suivantes.

Je ne m’ennuie pas du tout, entre les travaux, le jardin et le grand ménage. Ma plus jeune fille est devenue une « pro » du rangement et m’a incitée à faire du tri et à jeter tout ce qui ne sert plus. Le tout est de s’y mettre un peu tous les jours. J’ai déjà rempli un grand sac poubelle avec des objets devenus inutiles ou abimés. Ca fait du bien et en plus je gagne de la place.

j’ai aussi du temps pour bouger, chaque jour ou presque je cours, je marche ou je fais du vélo d’intérieur quand il pleut. J’ai repris mon mp3 pour courir, je ne prépare pas de course, c’est uniquement du plaisir.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Leave a comment »

petites bestioles du jardin

Le jardin est rempli de jolies bestioles que je découvre au fur et à mesure. Cette fois-ci, c’est une drôle de chenille dans la spirale d’herbes aromatiques. Après quelques recherches il s’agit d’un machaon qui deviendra un joli papillon. Je l’ai trouvé sur la rue officinale qui est une plante qu’il affectionne avec l’aneth, le fenouil, la carotte et le persil.

machaon

machaon

J’ai aussi trouvé un papillon zébré qui se croyait caché dans un parterre. Il s’agit d’un euplagia quadripunctaria, écaille chinée ou callimorphe qui vit dans les broussailles, les orties, les framboisiers…

euplagia quadripunctaria

La spirale est entourée de papillons orangés qui doivent être des Coenonympha pamphilus ou fadet commun.

fadet commun

Quelque chose bouge dans la spirale d’herbes aromatiques

camouflage
Regardons plus près

camouflage

Encore plus près : C’est une mante religieuse se dissimule dans la rue officinale.

camouflage
Dans le jardin les tournesols accueillent les bourdons qui semblent minuscules sur les grands « soleils ».

bourdon tournesol

Il n’y pas que de bonnes nouvelles : l’hôtel à insectes est squatté par des guêpes.

hotel

et pour rester avec les animaux peu symphatiques, la pyrale du buis est venue en vacances dans mon jardin. Voici le résultat sur mes deux gros buis, des branches desséchées, comme calcinées. Il ne reste plus qu’à les arracher …

buis

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Leave a comment »

La meilleure façon de marcher

Avec cette chaleur, je n’ai plus tellement envie de courir et notre club de course à pied fait sa pause estivale. Alors comme mon campagnard veux marcher, je me suis dit que c’était une bonne idée pour conserver une activité. Je suis allée m’acheter une paire de chaussures de marche. Je ne voulais pas de rose, j’en ai trouvé une paire, confortable et très légère.

marche

marcheNous nous sommes donc préparés pour notre première sortie de marche « rapide ». Tout se passait bien, j’avais une bonne allure même si je voyais mon campagnard prendre de l’avance. Avec les orages, il restait des zones humides. Nous sommes passés dans un chemin de terre et j’ai glissé sur une plaque de boue alors que nous n’avions pas terminé le premier kilomètre. J’ai continué en pensant que c’était idiot de tomber en marchant alors que je pouvais courir sans me blesser. Résultat : mes chaussures neuves sont bonnes à laver et ma jambe est un peu enflée, avec des égratignures mais cela ne m’empêchera pas de continuer à marcher !

 

Leave a comment »

Eté pluvieux, été heureux

Après un période de canicule, nous avons droit aux orages et à la pluie. Cela fait du bien au jardin et les réserves d’eau se remplissent. Mes plants sont assez grands pour ne plus craindre les attaques de limaces, mais je les ramasse régulièrement pour limiter les dégats.
Le jardin est toujours plein de surprises : un hérisson a trouvé le jardin zen et semble se plaire dans le broyat de feuilles.

hérisson

Et une belle grenouille est venue devant la porte fenêtre.

Le jardin n’est pas encore très productif mais j’ai ramassé des fèves et des petits pois.

feves et pois

Après la pluie, les fleurs de jasmin jonchent le sol mais leur agréable parfum est bien présent.

jasmin

Leave a comment »

2e semi marathon

Mon objectif sportif de cette année était de courir un 2e semi marathon et de gagner quelques petites minutes sur le précédent. Cette fois ci, c’est le coach de mon club de course à pied, qui m’a élaboré un programme sur mesure avec 4 séances par semaines dont une facultative. J’ai donc commencé avec les 4 séances en respectant scrupuleusement les fractionnés et les temps. La troisième semaine, j’ai renoncé à la séance facultative car je commençais à être fatiguée et ne plus trouver de plaisir dans les sorties longues. La chaleur devait jouer aussi et j’en ai profité pour tester le camelbak et deux modèles de gourdes de ceinture. Finalement j’ai choisi les deux gourdes de 250 ml, les autres étant trop petites et le camelbak trop pénible à utiliser. J’ai eu aussi du mal à trouver de bonnes semelles avec un renfort à l’avant du pied, la majorité a un amorti uniquement au niveau du talon.

La semaine précédent le semi j’étais en formation, donc le sommeil et l’alimentation n’étaient pas vraiment au top, sans compter la fatigue des voyages en train, métro avec une grosse valise à trainer. La course se déroulait aux Pays-Bas, ce qui n’est pas vraiment la porte à côté. J’ai retrouvé les membres de mon équipe qui avaient fait le voyage en avion. Une fois sur place l’organisation sur place a été au top !  Le gite était accueillant et confortable et le voisin m’a même proposé de faire un tour dans sa voiture de collection, une ford de 1928. Qui refuserait ? Toute la fatigue du voyage a disparu avec cette agréable promenade qui m’a menée au restaurant où m’attendaient les collègues.

voiture

Le lendemain, nous avons fait une grasse matinée, puis à 10 heures, nos hôtes avaient préparé un petit déjeuner copieux.  Le reste de la journée a été reposant  puis nous nous sommes préparés pour le départ de la course qui avait lieu à 20h15.  A quelques heures de la course, j’ai senti le stress monter, avec un bon mal de ventre et de nombreux aller retour aux toilettes. Les garçons en plaisantaient et appellaient celà le « pipi de la peur ». Une fois dans le sas de départ perdue parmi 3410 autres, les sourires des coureurs et coureuses m’ont permis de me détendre un peu. Ensuite le départ a été donné et comme je ne voulais pas partir trop vite, j’ai vu tout le monde me dépasser pendant de longues minutes. Là, j’ai pensé que j’allais me retrouver toute seule et bonne dernière, mais les dépassements ont fini par diminuer et j’ai même réussi à rattrapper certains coureurs et coureuses qui marchaient, peut-être partis trop rapidement. Une fois que j’ai trouvé mon rythme, j’ai encore dépassé certains coureurs. Les garçons m’avaient dit de ne pas prendre de gourde d’eau pour ne pas m’alourdir alors je me suis arrêtée à chaque ravitaillement pour boire et marcher en me faisant encore dépasser mais je pouvais repartir avec un bon rythme. Avec l’ambiance tout au long de la course, je n’ai pas ressenti pas de lassitude, ni d’essoufflement, j’avais juste mal sous la plante des pieds mais mes petites pauses hydratation m’ont permis de diminuer un peu la douleur. Avec les 3 boucles, on a la chance de pouvoir admirer de près la course des impressionnants kénians qui nous dépassent à grande vitesse. Pour les 3 derniers kilomètres, je ne me suis pas arrêtée pour boire et j’ai allongé un peu la foulée comme quand je cours avec un collègue qui revient me chercher pour terminer la course et qui m’encourage. Cette fois-ci, la motivation était purement mentale, j’ai même gagné quelques places et j’ai passé la ligne d’arrivée où mes collègues m’attendaient, eux courant plutôt en tête de peloton. J’ai gagné 6 minutes sur mon dernier semi. Objectif atteint !

Voici une petite vidéo qui résume bien l’ambiance de cette manifestation.

 

Comments (2) »