Archive for défouloir

SNCF c’est possible !

Nous sommes dans un pic de pollution et ma campagne n’y échappe pas, même si les infos ne parlent que des grandes villes comme Paris, Lyon et Grenoble. Certains véhicules ne peuvent pas circuler s’ils n’ont pa la bonne couleur de vignette ou le bon numéro. Comme d’habitude, les décisions prises ne vont pas résoudre le problème de fond, juste em… gêner les utilisateurs qui ne peuvent pas s’acheter une voiture récente, une électrique ou une hybride.

Je dois aller en Normandie, j’ai décidé de prendre le train, avec un passage obligé par Paris, forcément.
J’ai donc pris un intercité qui a commencé avec 20 minutes de retard. Sur les 4 toilettes du wagon, 3 étaient en dérangement, la 4e, très utilisée, était dans un état assez lamentable et le sèche mains hors service.
Arrivée à Paris, je prends le métro jusqu’à la gare suivante St Lazare. La SNCF prévoit très large entre 2 trains, en l’occurence, j’avais 1h50 pour faire un trajet d’un quart d’heure, mais je pense que les robots qui délivrent les billets sont formatés pour anticiper les nombreux retards. De cette façon, on est sûr d’avoir sa correspondance et il n’y a pas de billet à rembourser quand le retard du premier train nous fait louper le suivant. J’ai du temps, j’achète un sandwiche et j’attends dans le froid. L’intercité suivant a aussi 20 minutes de retard et en discutant avec les passagers du train bondé, il semble que ce soit habituel. Je vais à mon rendez vous, je trouve porte close, le gars s’était trompé en notant l’heure, comme quoi il n’y a pas que les trains qui manquent de sérieux en France. Après quelques coups de fil, tout s’arrange, mais il faut faire vite pour reprendre le train dans l’autre sens. L’intercité est encore bien rempli et je trouve une place assise. ouf !  Cette fois-ci, je vais à la gare Montparnasse avec seulement 1 heure entre les trains. J’arrive sans problème à la gare et je vois qu’un TGV part avant le mien, 20 minutes plus tôt. Comme mon billet n’est pas échangeable, je le vois partir et j’attends le suivant. Le robot a sûrement encore anticipé un probable retard pour me donner ce billet. Le trajet en TGV se passe bien, nous somme juste 2 à avoir la même place et une jeune fille ne trouve pas la sienne (sûrement un numéro fantôme), mais il fait chaud dans le wagon et nous sommes assis, on en va pas se plaindre !

L’intercité suivant est à l’heure ! Le micro du contrôleur donne des signes de fatigue et me rappelle un sketche sur le drive de MDo où ça grésille tellement qu’on ne comprend rien. Je prends toujours mon billet pour être dans le sens de la marche ce qui fut le cas au début. Seulement à Nevers, le train change de sens. Heureusement, il y a de la place, je m’installe dans le bon sens. Dans le wagon, nous sommes tous avec nos manteaux et nos écharpes, et peu de temps avant mon arrêt, le contrôleur passe et nous dit qu’on peut aller dans un autre wagon car le notre a des problèmes de chauffage. C’est un peu tard pour moi car mon arrêt est annoncé.

Je suis contente d’arriver à l’heure, d’arriver tout court !

Viendra le jour où les passagers des trains applaudiront quand un voyage se passe sans encombre, comme quand un pilote arrive à poser son avion en détresse.

 

Publicités

Comments (1) »