Les vacances ont commencé avec plein de travaux en perspective, aussi bien en intérieur qu’en extérieur.

A travers la porte vitrée, nous avons une grande vue sur l’extérieur, dont une zone qui donne sur le garage, un peu délaissée jusque là. La première tâche a été de couper trois lauriers pour élargir la vue, nous sommes tombés sur un grillage. Pas de problème, nous allons l’enlever ainsi que le poteau. Les lauriers sont un peu tristes sans feuilles en leur centre, mais après une bonne taille et un peu de temps, ils redeviendront plus vert.

jardin

Derrière, se trouve un tas de terre, avec les restes de bois de la toiture et comme je n’ai pas eu le temps de m’en occuper, le tout est envahi de ronces.

Nous avons un gros chantier en cours, mais je vais mettre à profit le temps qui reste pour m’occuper de ce petit coin.

Jour 1: nettoyage des ronces.

jardin

Jour 2: dégagement et tri des morceaux de bois. Je récupère des planchettes qui serviront plus tard. J’en profite pour faire une coupe d’été au laurier.

jardin

De la maison, la vue a bien changé. Le garage est omniprésent. Le poteau aussi mais j’attends mon campagnard pour l’enlever.

jardin

Il y a quelques années, j’ai commencé à cacher ce fameux garage avec un jasmin qui s’est bien développé.  Pour la partie encore visible, j’ai acheté une clématite à fleurs claires pour s’accorder avec les petites fleurs blanches du jasmin. Comme c’est le dernier jour pour planter d’après le calendrier lunaire, je l’ai installée en suivant tous les conseils, terreau, tuile au pied pour garder la fraicheur, etc … Elle semble toute petite à côté du jasmin.

clematite

Jour 3 : J’ai commencé à retirer les racines des ronces et aplanir la butte.  La terre est sèche et les ronces ont des racines profondes mais je veux les enlever. Peu à peu je gagne du terrain et je constate qu’il n’y a pas beaucoup de vie dans cette terre. Je trouve quand même un beau lombric. Ensuite je vois un bourdon qui tourne autour d’un trou dans la butte. Un autre sort du trou et j’ai peur d’être tombée sur un nid. En cherchant des informations, je découvre que ce bourdon est un bourdon terrestre, utile comme pollénisateur et pas bien aggressif. Plus tard, je trouve une fourmillière. La journée s’achève sans que j’ai pu venir à bout de la butte, cela laisse un répit aux fourmis et aux bourdons. En attendant j’ai le dos en compote et les mains griffées avec quelques embryons d’ampoules. Je terminerai plus tard. Je pense sérieusement à fabriquer un hôtel à insectes, mais pour l’instant, vu le nombre de choses à faire, ce n’est qu’à l’état de projet.

A suivre …

Publicités