Avec la pluie, les baveux ressortent. Ils déciment mes plantations, les rangs de petits pois ont des zones vides, vestiges de beaux festins. Je fais régulièrement le tour du jardin et j’en ramasse des dizaines à chaque fois. Le pire, c’est qu’en désherbant quelques fleurs sur à peine 1 mètre carré, j’en ai trouvé plus qu’en faisant un grand tour de jardin. Les limaces se sont attaquées à mon parterre de fleurs blanches et mon premier iris en a fait les frais.

iris

En regardant dans le massif, j’ai découvert une dizaine de limaces que je me suis empressée de ramasser.

limaces

Dans le jardin, j’en ai ramassé beaucoup d’autres et les ai donné aux canards et aux poules. Les canards les mangent mais rapidement doivent aller boire de l’eau, sûrement à cause de l’aspect gluant des bestioles. Une des canes va les tremper dans l’eau, comme un raton laveur. Par contre, nos poulettes de réforme bio n’en veulent pas. Elles accourent comme des affamées mais les délaissent complètement. Je vais essayer de découper les limaces en morceaux (beurk) pour voir si elles sont plus tentées.
limaces

Elles préfèrent la salade, sans problème.

poules

Les oies, véritables shérifs de la basse cour dispersent tout ce beau monde et se régalent à leur tour.

jars

Puis chacun retourne dans son coin.

jars

Mon problème de baveux gloutons est loin d’être résolu car les hérissons et les grenouilles n’ont pas l’air de les apprécier non plus. A chaque passage au jardin j’en ramasse des dizaines, avec plusieurs passages au même endroit dans la même journée.  Il y en a toujours. Les pièges placés ça et là se retrouvent envahis par les escargots, d’autres baveux gloutons que je ramasse aussi de façon régulière. Les différentes méthodes préconisées contre les limaces sont assez difficiles à mettre en œuvre dans un grand jardin (coquilles d’œuf, cendre, aiguilles de pin, …) mais le marc de café disposé autour de l’arum et des jeunes lys semble être efficace si on le renouvelle assez souvent.

Publicités