Le petit cheval dans le mauvais temps

Le soir, en allant s’occuper des animaux, mon campagnard a trouvé notre cheval couché dans le foin et visiblement malade, l’ânesse lui tenant compagnie. Après de nombreux efforts, il a réussi à le faire remettre sur pied pendant que j’appelais le vétérinaire. Celui-ci était à table mais devant les symptômes, il a décidé de venir sans attendre. Pendant ce temps, mon campagnard avait installé une baladeuse pour éclairer l’abri. Le vétérinaire avait sa lampe frontale, visiblement il avait l’habitude d’être appelé tard. Après avoir examiné notre animal, il a diagnostiqué un début de fourbure, maladie causée par l’herbe trop riche et trop abondante ou une déshydratation. Cette maladie peut devenir chronique et déformer les pieds des chevaux. En laissant trop d’espace aux chevaux, ceux-ci se gavent et se rendent malades tout comme les humains avec le syndrome métabolique, seulement chez le cheval c’est assez fulgurant. Le vétérinaire à fait des intraveineuses à notre gentil cheval pour le soigner et surtout le soulager. Pendant qu’il préparait les seringues dans son camion, il m’a demandé si mon mari pouvait lui faire ses prochaines injections. Il ne savait pas que j’étais infirmière, je me suis proposée pour les faire. Il m’a expliqué où et comment piquer en intramusculaire car à part vacciner des lapins, je n’avais jamais pratiqué sur un cheval. Une fois au chaud à la maison, et après avoir répondu à nos nombreuses questions, nous en avons profité pour vérifier les vaccinations  antitétaniques de nos bestiaux.

infirmierLe lendemain, j’ai fait la première intramusculaire à notre gentil cheval et mon campagnard a fermé le vaste champs pour le mettre à la diète et au foin. Le vétérinaire est repassé dans l’après midi pour examiner notre malade et lui refaire un injection. Encore quelques jours de traitement, intramusculaires et sirop et tout rentrera dans l’ordre.

Ouf, plus de peur que de mal. Nous avons réagi rapidement et le vétérinaire est venu sans attendre, heureusement. C’est drôle de penser que c’est plus facile de trouver un vétérinaire qu’un médecin de nos jours.

Publicités

4 Réponses so far »

  1. 1

    Mais quelle histoire ! Heureusement que vous êtes intervenu à temps.

  2. 2

    campagnarde said,

    On a eu peur sur le moment mais le véto nous a bien rassuré. Il parait que la fourbure est fréquente chez les chevaux et les poneys. On a encore bien des choses à apprendre sur la vie à la campagne.

  3. 3

    bego said,

    Bon rétablissement à ton cheval ma chère campagnarde.

    bises

    Bégo

  4. 4

    campagnarde said,

    Merci Bégo. Il va déjà mieux. Le pauvre est à la diète (champs d’herbe réduit et foin) mais c’est bon pour lui.


Comment RSS · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :