Pendant une semaine, je dois m’occuper seule des animaux. Le matin, ça peut aller, mais le soir c’est une autre affaire.

Ce soir, j’ai un peu trainé pour sortir du travail et quand je suis arrivée à la maison, la nuit était bien avancée. Les poules étaient déjà couchées et les canards attendaient bruyamment près de leur gamelle. Le cheval est venu voir si son repas avancait suivi de loin par l’anesse. En allant chercher leur seau, j’ai vu une poulette noire qui avait du se sauver du poulailler malgré la coupe du bout de ses ailes. Je l’ai prise dans mes bras comme un gros bébé et l’ai ramenée avec ses copines. A l’aide de la lampe, j’ai vérifié qu’elles étaient toutes là sur le perchoir. Je leur ai donné des graines mais ne les ai pas entendu descendre pour manger, elles avaient déjà commencé leur nuit. Ce sera pour le petit déjeuner de demain. Les canards, plus couche tard, ne se sont pas fait prier pour engloutir leurs graines.
Ensuite, j’ai préparé l’orge des canassons à la lueur de la lampe. Je voyais la silhouette du cheval qui attendait avec quelques mouvements d’impatience, et les grandes oreilles de l’anesse qui avait peur que je l’oublie.

Ensuite je me suis occupée de Miko et des autres chats. Elle était contente de me voir.  Elle a pris ses médicaments sans faire de problème et après quelques calins je suis retournée rentrer les canards et souhaiter bonne nuit aux equidés. Le cheval avait besoin d’être brossé mais il était un peu tard, il a du se contenter de caresses. L’âne aussi bien sûr.

Pas le temps de me poser, il faut encore aller chercher ma fille au code.

Comme je n’avais plus de courage pour cuisiner, nous nous sommes contentées d’une soupe en brique.

Publicités